Résumé de la prochaine séance 2022

Séance mensuelle du 19 novembre 2022

Les instituteurs et le mouvement orphéonique dans le Jura sous le Second Empire par Vincent Petit

Les orphéons – « société[s] dont les membres se livrent à l’étude et à la pratique de la musique vocale et du chant choral » pour reprendre la définition donnée par Jules Michelet dans son Journal –, ont connu un engouement important, quoiqu’étroitement circonscrit au mitan du siècle. Le premier dans le département est né à Dole en 1848, quelques semaines après la fête musicale qui s’est tenue à Poligny. Par eux s’affirme non seulement le goût du chant d’ensemble, mais aussi une certaine forme de sociabilité masculine et d’esprit sociétaire. Plus encore, pour leurs promoteurs et leurs membres, ils relèvent d’une tentative d’éducation populaire et politique, au temps du suffrage universel.

La pratique chorale pose la question préalable de son enseignement aux enfants et aux jeunes adultes et s’inscrit au sein de l’intérêt inégal mais réel porté au chant dans l’instruction publique. C’est là que peuvent être utiles les instituteurs qui disposent a priori de compétences techniques grâce à leur formation à l’école normale et en raison du service cultuel qu’ils assurent à l’église. Ils sont donc invités à fonder des orphéons scolaires, initiative gouvernementale qui fait l’objet d’une enquête préfectorale dans le Jura en 1866.

Toutefois le détour par l’école primaire est lourd de dangers pour le mouvement orphéonique : c’est s’insérer plus encore dans un cadre étatique (et ecclésiastique) contraire aux principes qui l’ont vu naître. Pour les maîtres, animer une chorale scolaire laïque apparaît comme une entreprise lourde d’incertitude en termes de résultat, eu égard aux efforts qu’ils doivent y consacrer.

La question du chauffage dans les écoles primaires du Jura au XIXe siècle par Evelyne Guillaume

Au moment de la mise en place de l’enseignement primaire, la question du chauffage des écoles marque les difficultés de cette mise en place en apparaissant systématiquement dans les dossiers ayant trait au fonctionnement des écoles.

Au XIXème siècle, dans les habitations, les cheminées jouent un rôle important pour certes le chauffage mais également la cuisine, c’est le centre de la vie domestique. Les progrès techniques : poêles de masse puis poêles en fonte se développent progressivement dans le département avec l’apparition de manufactures et de spécialistes.

La réglementation qui encadre l’instruction primaire dans les premiers temps ne précise pas les conditions matérielles de l’enseignement. L’administration départementale pallie par des arrêtés et règlements, par une surveillance et un suivi. Avec la construction de bâtiments dédiés et la rédaction de normes  dans le cours du siècle, les problèmes vont s’atténuer.

Un panorama des solutions adoptées dans différentes communes du département permet de mieux comprendre l’installation de l’enseignement et des écoles.

Fermer le menu