Résumé de la prochaine séance 2024

Séance mensuelle du samedi 25 mai 2024,

à Morez, à 15 heures

 

Morez, Octobre 1852. Assassinat et vol en la Combe Morel

par Gérard Vandais

Le 30 octobre 1852, un crime affreux jetait la consternation parmi les habitants de Morez. Tel fut le début de l’énoncé prononcé par le substitut du procureur général auprès de la cour impériale de Besançon dans l’acte d’accusation en février 1853.

Pierre Amédé Girod, alors âgé de 62 ans, associé avec son frère et son neveu dans l’exploitation d’usines à moudre le blé implantées en la Combe Morel à Morez, dans la nuit du 29 au 30 octobre 1852, venait d’être assassiné dans son lit en une petite chambre située à l’étage de son moulin.

L’exposé développera, étape par étape, la procédure criminelle enclenchée dès le départ par les enquêtes et investigations de la gendarmerie de Morez conjointement avec le juge de paix en charge de l’instruction. S’en suivit après enquêtes (abordées dans l’exposé) un mandat d’amener dès début novembre 1852 d’un suspect dont je présenterai un descriptif quant à son passé judiciaire, ses antécédents et ses rapports avec le crime.

Le suspect, inculpé de vols qualifiés et d’assassinat, d’abord enfermé en la prison de Saint-Claude, sera transféré en celle de Lons en mars 1853 en attendant son procès qui sera ouvert en juin 1853 aux assises du tribunal de Lons. L’accusé, étant déclaré coupable suite au délibéré des jurés selon les motifs d’inculpation, le procureur impérial requit contre lui l’application de la loi pénale, soit la peine des travaux forcés à perpétuité.

Il arrivera par la chaîne au bagne de Toulon en septembre 1853. Détaché de la chaîne il embarquera pour le bagne de Guyane en mars 1865. J’aborderai succinctement les conditions de transfert vers le bagne de Toulon en 1853 et vers la Guyane en 1865 ainsi que les conditions de vie des bagnards condamnés comme le meurtrier de Pierre Amédé Girod.

J’aborderai brièvement la toponymie de la Combe Morel ainsi que la généalogie et les origines des Girod à La Mouille.

Sources d’archives exploitées :

Archives départementales du Jura, séries E, H, M, P, S et U ; Archives municipales de Saint-Claude ; Archives nationales d’Outre-mer.