Bulletin Janvier 2021

Vous trouverez ci-joint le dernier bulletin de liaison

SOCIÉTÉ D’ÉMULATION DU JURA

La présidente et les membres du bureau de la Société d’émulation vous présentent leurs vœux les meilleurs pour la nouvelle année et remercient bien vivement ceux, nombreux parmi les membres, qui ont adressé les leurs.

Prochaines séances

Au regard de la situation sanitaire, les séances peuvent être modifiées. Consultez régulièrement le site.

Samedi 13 février 2021, séance en « distanciel ». Les modalités pratiques seront transmises par courriel individuel et indiquées sur le site.

Olivier Borgeaud, Les Rix, domestiques et bourgeois à Arlay.

Jean-Claude Charnoz, L’éclairage public à Dole (XVIIe-XXe siècles)

Samedi 13 mars 2021 séance à Lons-le-Saunier à l’ancienne mairie (salle de l’ancien tribunal) à 15 heures

Assemblée générale (le présent bulletin vaut convocation) : présentation du rapport moral, présentation et vote du rapport financier, vote du montant de la cotisation 2022, élections au conseil d’administration et conférence par Vincent Petit, Le clergé constitutionnel jurassien.

Samedi 17 avril 2021 séance à Arbois, à la mairie à 15 heures :

Gérard Vandais, Le chemin vinetier d’Arbois à Salins

Justine Sève, Présentation du nouveau catalogue-guide et du musée Sarret de Grozon (sur place).

Suite à l’assemblée générale de septembre 2020, la cotisation 2021 a été fixée à 22 euros. Merci de bien vouloir vous en acquitter dès maintenant pour aider à la bonne marche de la société et simplifier le travail du trésorier.Les services fiscaux ne demandant plus de fournir l’attestation papier, les reçus fiscaux  liés à la reconnaissance d’utilité publique seront, sur demande, adressés par voie numérique par le trésorier

NOTES de lecture par Jean Michel Bonjean 

Les ouvrages reçus à titre de l’échange ou offerts à la Société sont pour le moment conservés au local de la SEJ et disponibles pour consultation sur demande

Jura et Franche-Comté

Benoît Chauvin, Le Puits salé et le sel de Lons-le-Saunier au Moyen-Âge. A partir d’un nombre remarquable de textes en relation avec la vie cistercienne dont il est un spécialiste de renom, Benoît Chauvin apporte à la connaissance du fonctionnement et du rôle du Puits salé aux XIIe et XIIIe siècles des informations juridiques, mais aussi économiques et techniques nouvelles. La deuxième partie de l’ouvrage édite la documentation que l’auteur a découverte dans de multiples chartriers comtois. Un pan de l’histoire lédonienne apparaît à la lecture de cet ouvrage dont un des intérêts majeurs réside dans l’exploitation cartulaire cistercienne, aucun fonds familial ne permettant de percevoir l’activité salicole réelle à cette époque à Lons.

Mêtajura vient de publier sa dernière brochure, intitulée Château-Chalon si bien perché. Vous y trouverez une mise au point de belle qualité, généreusement illustrée, sur la géographie, l’histoire et le patrimoine de ce village, le tout mis à disposition de tout public. Plusieurs pages traitent en particulier des églises du village et du mobilier qu’elles contiennent ou ont contenu. Le descriptif du riche ensemble peint est l’occasion de faire le point sur cet important et complexe patrimoine.

La Feuille de liaison de l’Association scientifique et historique du pays de Salins-les-Bains, automne 2020, présente avec intelligence un court article mémoriel sur Marnoz, un hommage à notre ami décédé Michel Marchand et quelques nouvelles de type archéologique locales.

Nous avons reçu de la part de la présidente de l’association « Fondation Saint Mauris » la publication de Bertrand Richard, Les Saint-Mauris, une famille franc-comtoise. Dans cet ouvrage, l’auteur présente d’une part les recherches effectuées au XIXe siècle par un membre éminent de la famille pour ancrer ce nom dans une grande ancienneté, d’autre part la collection des portraits qui est actuellement conservée dans un château de la famille d’Huart, rattachée aux Saint Mauris depuis le début du XXe siècle, et qui cherche une nouvelle solution de conservation et de présentation de ses collections. Tout ceci m’a semblé plutôt centré sur le haut-Doubs et la Haute-Saône et concerne peu le Jura, sinon par quelques branches alliées.

Le Jura français, n°327, 2020 comporte un dossier fort intéressant autour de l’humour comtois et des humoristes : l’almanach Vermot, Georges Colomb et le sapeur Camenbert, Tristan Bernard, tous nés comtois, accompagnent une présentation du Collectif Oin-Oin, de la Madeleine Proust et de Plonk et Replonk.

Les Mémoires de la Société d’émulation du Doubs n°61, 2019 abordent des sujets militaires et architecturaux médiévaux -combat chevaleresque, ost et guet, architecture du château de Grimont- ou modernes -un hôtel particulier bisontin au cours des siècles (celui des Jouffroy d’Huzelle, famille  dont M. Biscarrat nous avait parlé en 1991), la restauration du jardin du château de Ray-sur-Saône. Une belle étude concerne aussi l’histoire patrimoniale de deux chapelles privées de la famille Buyer en Haute-Saône et dans le Doubs. Mais ce sont deux articles dont je vous recommande la lecture, en raison aussi de l’importance des personnages évoqués : celui concernant Georges Besson photographe, article qui ouvre une vision complémentaire tout à fait neuve sur un aspect de l’art moderne ; celui concernant les dérives du traitement des psychonévroses de guerre par un médecin devenu ensuite célèbre, Gustave Roussy – qui fut le modèle du dr Bestombes du Voyage au bout de la nuit – dont l’action professionnelle à Besançon et à Salins-les-Bains est inexcusable, même en raison de la période de la guerre qui fut la sienne.

Outre la présentation des « Fêtes et cérémonies révolutionnaires en Haute-Saône », c’est par l’intermédiaire de biographies que les article de Haute-Saône SALSA n° 211, mai-août 2020 attirent l’attention du lecteur sur l’épisode de la « Petite Vendée haut-saônoise », bastion contre-révolutionnaire (prêtres réfractaires ou constitutionnels), comme sur l’attitude politique des patrons nationalistes des alentours de 1900 (Outhenin-Chalandre, Cavaignac, Salignac-Fénelon, Meiner ou Japy). Biographies aussi que celle d’un érudit local (Paul Petitclerc) du début du XXe siècle ou celle, peut-être pas renouvelée, du templier Jacques de Molay.

Dans le Bulletin de la Société d’émulation de Belfortn°110, 2019, l’originalité du territoire de Belfort transparaît dans les divers articles, que ce soit dans la belle étude sur la nomination des rues de la ville, ville médiévale, mais aussi ville industrielle et militaire, dans celle autour d’un rare livre d’un pasteur « réformé » du XVIe siècle découvert dans la bibliothèque de la ville – article où est à signaler la seule présence jurassienne de la publication en la personne de Claude Antoine de Vienne, comte de Clervant – ou celle traitant de l’évolution urbaine entre 1919 et 1922 lorsque l’Alsace voisine redevient française. Deux articles aussi retiennent l’attention : l’un décrivant la vie pendant la captivité en Allemagne en 1940-41, l’autre traitant magistralement de la politique et des idées républicaines dans le Territoire entre 1830 et 1882.

Bourgogne

Le très fort volume que publie l’Académie des S, A et B L de Dijon, sous le titre De la Bourgogne à l’Orient, Mélanges offerts au doyen Jean Richard, 2020, porte la signature de multiples chercheurs et de nombreux talents. Bien sûr, très bourguignons, rien ne concerne directement le Jura dans la liste des articles académiques, hormis ceux concernant nos deux villes de Dole et de Poligny, par des auteurs émulateurs qui nous les ont déjà présentés. Mais des sujets comme les premiers cloîtres en Bourgogne, ou le commerce de la laine au Moyen Âge peuvent intéresser de façon pertinente nos lecteurs en raison de proximités archivistiques ou archéologiques. Des découvertes donnent aussi l’occasion aux auteurs de mettre en valeur tel manuscrit inconnu du XIIe siècle ou une très belle présentation du travail de la soie dans une chasuble orientale antérieure à l’an mil. Enfin, la grande partie des textes concernant l’Orient et les croisades confère à l’ouvrage un attrait remarquable

Belgique et Confédération Helvétique

Le Bulletin de l’Institut archéologique Liégeois t. CXXIV, 2020 donne accès à ses lecteurs à des discussions archéologiques (géographie historique confrontée à la Guerre des Gaules ; reprises de la description du mobilier d’un site gallo-romain ; exploitation d’un dessin de retable du XVIIe siècle peut-être plus ancien), à l’analyse de la politique ville-évêché à Liège dans la deuxième partie du XVIIIe siècle et à des mises au point précieuses concernant la maçonnerie belge jusqu’en 1810. L’ouvrage comporte de façon originale une importante étude sociologique et architecturale du développement urbanistique des quartiers des villas de la ville de Spa jusqu’à l’entre-deux guerres et la présentation utile d’une collection d’étains liégeois du XVIIIe siècle.

Annales Fribourgeoises, vol. 82, 2020, Société d’histoire du canton de Fribourg, concentrent leurs présentations dans un dossier sur les relations entre événements climatiques et société du Moyen Âge au XXe siècle avant d’aborder des biographies aussi diverses que celle d’un inventeur érudit, d’une artiste, de deux conservateurs de monuments historiques. Le démarrage des caisses d’épargne en pays fribourgeois et la présentation des collections de l’ancien arsenal de Fribourg occupent deux articles et sont suivis d’une bibliographie 2019-2020 des publications locales.

Outre la présentation des renseignements multiples que la comptabilité de Louis II de Cossonnay, à la fin du XIVe siècle, apporte à la connaissance de l’économie vaudoise de cette époque, la Revue historique Vaudoise, 128/2020 présente un dossier élargi autour des associations helvétiques. L’histoire du droit et des traditions associatives suisses, mais aussi la mise en lumière des pratiques évolutives, permettent d’aborder les sociétés de gymnastique ou de tir, la place des femmes dans les associations, les manifestations religieuses, la place laissée aux jeunes ou leur embrigadement, l’envergure des sociétés d’histoire ou de sciences naturelles. On notera, attitude originale pour des services d’archives suisses, la possibilité de conserver avec les archives des sociétés leur patrimoine mobilier.

Indications bibliographiques

Claire BAILLY ALEMU, Au seuil du tournant modernisateur : les acteurs de la JAC/F dans le Jura de 1925 à 1940, thèse pour le doctorat en histoire contemporaine préparée sous la direction de Jean-Luc MAYAUD, Université Lyon 2, 5 novembre 2020, 818 pages.

L’utopie au jour le jour, une histoire des expériences coopératives (XIXe-XXe siècle), ouvrage collectif sous la direction d’Alexia Blin, Stéphane Gacon, François Jarrige et Xavier Vigna, collection l’Echo social et solidaire, éditions l’arbre bleu..Thomas Figarol et Alain Mélo ont contribué à cet ouvrage.

Catalogues régionaux des incunables des bibliothèques publiques de France, Volume XIX (Franche-Comté) Auteur(s): Marie-Claire Waille, conservatrice à la Bibliothèque municipale de Besançon
Cren-Bertoni Nadia et Cren Stéphane, La sculpture sur bois romane de Bourgogne, styles, techniques, restauration, édition Arc.

TOUJOURS EN VENTE Le volume des Travaux 2019 est en vente au prix de 20 € pour les membres et 28 € pour les non-membres (+4 € de frais postaux)

En cette période compliquée, pensez à bien indiquer tout changement de vos coordonnées informatiques, cela permettra de vous prévenir rapidement des éventuelles modifications des séances. Les coordonnées que vous communiquez ne sont utilisées que dans le cadre de la SEJ.

http://montorient.com/Les_amis_montorientais/Notre_association.html
Fermer le menu