Janvier 2020

NOTES de lecture

Publications reçues par la SEJ et disponibles à la médiathèque de Lons, par Jean Michel Bonjean 

Le Jura

Deux publications à remarquer :

Avec L’horloge comtoise et ses horlogers (don), François Buffard et l’Association horlogère comtoise offrent au public un extraordinaire ouvrage qui fait la somme des informations disponibles à ce jour sur cette importante partie des activités jurassiennes. L’ouvrage traite des techniques de l’horlogerie, mais aussi des hommes (importants chefs d’entreprise ou modestes ouvriers) et des lieux concernés (Morbier et Morez, mais aussi tout le Haut-Jura) et donne des renseignements souvent tout-à-fait inédits. C’est tout un pan de l’histoire qui est ici remarquablement illustré. L’ouvrage contient aussi une bibliographie et une liste des horlogers repérés ; un ouvrage essentiel d’une grande beauté plastique, qui fera date et restera indispensable à toute recherche ultérieure.

Je tiens à signaler la parution, chez les Éditions Franche-Comté Bourgogne, de l’ouvrage de Colette Merlin, Les 13 mocherons, paroisses rurales comtoises au XVIIIe siècle, dans lequel le lecteur trouvera magistralement exprimée toute la vie de la petite Montagne à cette époque.

La Franche-Comté

Le Jura Français n°323, octobre 2019 concentre ses articles sur des personnages locaux, connus ou inconnus : biographie d’André Besson, évocations de Robert Fernier, de Charles Léger et de Suzanne Peteuil -essentiellement autour de la figure de Courbet- ou souvenir d’Auguste Perrin, paysan du Haut-Jura à la fin du XIXe siècle.

La revue Haute-Saône SALSAn° 108, mai-août 2019, toujours centrée sur des préoccupations généalogiques traite des divorces haut-saônois entre 1792 et 1803 et, dans d’autres articles, des membres nombreux de la famille de Vy ou des préoccupations de la génétique en matière de généalogie. D’autres sujets sont abordés : étymologie de noms de lieux, projets architecturaux de construction en bois ou détails sur le pillage d’un château en juillet 1789. Le lecteur trouvera aussi la liste des objets mobiliers protégés au titre des M H en 2019 dans ce département.

Le Bulletin de la Société belfortaine d’émulation, n° 109, 2018 poursuit la présentation des éphémérides belfortaines de Louis Herbelin  pour l’année 1918, mais présente aussi un bel article de botanique locale, soigneusement illustré, comme aussi quelques pages représentant des sceaux découverts dans des archives nouvellement accessibles. L’histoire militaire est aussi présente : étude du fort de Roppe en 1940-41 ou perte d’un sous-marin en 1916.

La Suisse

Divers articles sur le sport (politique et économie) dans le Jura suisse, une présentation intéressante des dernières mines de fer locales et la publication d’un tableau (inédit et dont l’attribution est controversée) de Gustave Courbet forment les éléments neufs en matière historique des Actes 2018 de la Société jurassienne d’émulation. Le reste du volume oriente le lecteur vers l’activité artistique (littérature, photographie et bande dessinée) locale.

En cette période où notre sensibilité envers les problèmes liés à la migration est grande, il n’est pas surprenant de voir les Annales Fribourgeoises(Société d’histoire du canton de Fribourg), n° 81, 2019 présenter un ensemble brillant de dossiers traitant de l’histoire économique, politique et sociale de groupes humains suisses en migration. Que ce soit la question du rôle économique de marchands tessinois et de leur intégration au corpus des patriciens fribourgeois au XVIIe et au XVIIIe siècles, et de leur cheminement par le petit commerce d’abord, puis la banque ensuite, les publications traitent des trajectoires familiales par Genève et Lyon (ville dont un article précieux expose les particularités de la « nation suisse »), vers Marseille ou Gênes.

Le caractère propre à Fribourg, où des familles catholiques montrent un caractère différent des protestants suisses que le royaume de France occupe en échange du sel et de finances, est aussi mis en lumière dans des particularités comme le commerce du fromage ou la spécificité helvétique de gardien de portes de ville ou d’établissement religieux méditerranéens.

L’émigration fribourgeoise en Amérique latine, à la fin du XIXe siècle, est évoquée par un très riche dossier photographique en Argentine autour de l’aristocrate Louis de Boccard, aventurier, explorateur et photographe en Argentine et au Paraguay.

Dans d’autres articles de cette même publication, l’histoire contemporaine s’attache aux aventures d’un escroc hongrois réfugié à Fribourg en 1949 et suspecté d’espionnage et à celles des processions religieuses ou profanes. Un ensemble cohérent traite aussi de l’histoire de l’art : le peintre Vonlenthen, les vitraux à Fribourg, les emballages du chocolat ou l’art au XIVe siècle à Fribourg. Une importante bibliographie avec recensions et notes de lecture clôt ce volume.

Fermer le menu